Dakota Jenkins

Lorem ipsum dolor sit amet enim. Etiam ullamcorper. Suspendisse a pellentesque dui, non felis. Maecenas malesuada elit.

 Lalalangue - Prenez et mangez-en tous


De Frédérique Voruz
Mise en scène Simon Abkarian

Avec Frédérique Voruz

 

L'histoire de Lalalangue est avant tout l'histoire d'une mère. Du corps d'une mère. Un corps unijambiste, cette mère ayant perdu sa jambe gauche lors d'un accident de montagne et qui dit sur son lit d'hôpital : « je me vengerai sur les enfants ».

C'est le témoignage du Petit Poucet devenue femme, qui nous raconte l'enfance dans l'antre de la mère dévoratrice et du père doux dingue qui parle aux arbres.

C'est le récit de la vengeance de cette mère, de sa folie catholique, et de la petite fille qui s'est sauvée par la psychanalyse et le théâtre.

La « Lalalangue » est en psychanalyse Lacanienne le nom donné au dictionnaire familial. Cet ensemble de mots qui ne veulent dire quelque chose que pour une famille donnée. Dans ce texte donc il sera aussi question du langage, du poids des mots comme fiction qui devient réalité. Lacan dit «Les paroles restent, les écrits ne restent pas. »


L’histoire de Lalalangue est avant tout l’histoire d’une mère. Du corps d’une mère. Un corps unijambiste, cette mère ayant perdu sa jambe gauche lors d’un accident dans les Calanques de Marseille, et qui dit sur son lit d’hôpital : « Je me vengerai sur les enfants ».


« Il y a toujours quelque chose à résoudre dans les liens de la famille, comme si il y avait là quelque chose à comprendre, comme si il y résidait toujours un problème non résolu dont la solution est à chercher dans ce que la famille a de caché. »