Dakota Jenkins

Lorem ipsum dolor sit amet enim. Etiam ullamcorper. Suspendisse a pellentesque dui, non felis. Maecenas malesuada elit.

 

La dignité de l’énigme

Par Laurent Dupont (publié vendredi 19 avril 2019 dans Lacan quotidien numéro 834)

  

 

Soutenir l’inconscient, c’est soutenir l’énigme dans l’homme. C’est par l’énigme que l’homme est pour lui-même que Freud suit la voie de l’inconscient. L’inconscient n’est pas une entité, il n’est pas matérialisable dans le cerveau, mais résulte du fait que l’humain est un corps parlant. C’est par le corps que Freud a été alerté ; les hystériques ne sont pas seulement des bouches d’or, ce sont aussi des corps d’or, par le symptôme. La découverte freudienne est que les corps des hystériques recèlent pour elles-mêmes une énigme et que cette énigme a structure signifiante. Se mettre sur la piste de cette énigme, c’est suivre le fil, les dédales, les traces laissées par le signifiant sur le corps. Le signifiant est lui-même une énigme : en effet, il est signifiant d’être séparé du signifié, il est signifiant de s’offrir à la polysémie. Soutenir l’énigme, c’est soutenir la complexité de l’être humain. La psychanalyse porte à « pousser le “qu’est-ce que ça veut dire ?” à son incandescence » (1), c’est donc soutenir l’énigme à son incandescence.

 

Dans le projet de soustraire la question de l’inconscient des programmes scolaires une idéologie est visiblement à l’œuvre : supprimer toute énigme. C’est au mieux un rêve, peutêtre un fantasme, au pire une canaillerie. Tel est le rêve du scientisme : avoir réponse à tout, donner sens à tout, soutenir le sens au nom de la vérité, la logique du syllogisme contre la logique littérale du signifiant. C’est là que le projet de réforme Blanquer dévoile le fantasme des neuroscientistes : réduire l’humain à une série d’algorithmes. Stanislas Dehaene,« l’éminence grise de Jean-Michel Blanquer » (2), ne dit pas autre chose : « En effet, le bébé humain semble doté de compétences pour le raisonnement probabiliste. Le cerveau de l’enfant émet des prédictions sur le monde extérieur et semble disposer d’un puissant algorithme d’apprentissage de régularités statistiques » (3). Faire de l’humain un condensé d’algorithmes cérébraux, c’est nier la part vivante du corps, le corps-existence. Le corps toujours autre, qui nous fait autre à nous-même et fait surgir l’énigme.

 

Dans le journal du CNRS (4), des chercheurs (Primavera De Filippi, chercheuse au Cersa, Bruno Dondero, docteur en droit) restent « sceptiques quant à la capacité qu’auront ces programmes à interpréter l’ironie, une métaphore ou des allusions ». Bref une part de ce qui, dans la langue, fait énigme échappera toujours aux algorithmes. Et le journaliste d’ajouter : « il n’est pas garanti que cet obstacle liié à la langue soit franchi dans un futur proche » (5). 

 

Cela n’a pas freiné une équipe de chercheurs américains (6) qui a comparé les décisions prises par des juges et celles réalisées par des algorithmes lorsqu’un tribunal est appelé à évaluer si un accusé doit être assigné à résidence ou placé en prison en attendant son procès. À première vue, le logiciel prédit mieux le comportement des accusés et pourrait ainsi permettre de prendre des décisions plus « objectives ». Plus généralement, l’idée que l’informatique pourrait être plus neutre qu’un homme est un argument en faveur de l’automatisation de la justice. Mais les choses ne sont pas aussi tranchées, comme l’explique Sihem Amer-Yahia, directrice de recherche au Laboratoire d’informatique de Grenoble : « Contrairement à une idée reçue, les algorithmes peuvent aussi reproduire et amplifier les biais de l’esprit humain, notamment parce qu’ils s’appuient sur des décisions subjectives et ne font pas de choix par eux-mêmes. » (7) Est-ce à dire que les algorithmes ont un inconscient ? Bien plutôt, à suivre l’article, les algorithmes ont l’inconscient de celui ou celle qui les programme. Par conséquent, réduire l’humain à un algorithme sans inconscient est et restera un rêve scientiste. 

 

C’est un rêve au sens de Lacan : « Comment faire pour enseigner ce qui ne s’enseigne pas ? Voilà ce dans quoi Freud a cheminé. Il a considéré que rien n’est que rêve, et que tout le monde (si l’on peut dire une pareille expression), tout le monde est fou, c’est-à-dire délirant » (8). Si nous suivons Lacan à la lettre, la logique syllogistique de Jean-Michel Blanquer, logique neuroscientiste, est un délire, un rêve de Blanquer pour faire avec le réel du non-rapport sexuel. Le problème est que ce rêve, il ne cherche pas à l’interpréter, il lui donne les accents de la certitude ; cela ne semble pas le diviser, ni diviser Dehaene ; il veut l’imposer à tous, imposer un rêve pour tous. 


Ce rêve, comme il y en eut d’autres, n’a pour but que de nier ce qui de l’homme restera toujours énigme ou opacité : soit que c’est un corps vivant parlant et que, dans son cerveau, rien n’a été prévu pour rencontrer l’Autre, pour faire avec cet Autre. Nous pourrions même ajouter que, de ce fait, le surgissement de cet Autre comme tel pour le petit bébé humain – comme s’exprime Stanislas Dehaene – est pour le moins traumatique. On ne peut pas douter que cela laisse des traces, dans le corps et dans le cerveau peut-être aussi, pourquoi pas ?

 

L’inconscient noue ces trois données : un corps vivant parlant. L’inconscient n’a donc rien à voir avec ce qui ne serait pas conscient. L’inconscient est la condition même de l’être humain : une énigme. Sur cette énigme, on a bâti tout ce que l’être humain a bâti, l’art, la poésie, des guerres, des religions, des ponts et des murs, des codes, des architectures, des structures, la littérature, des sciences… des algorithmes aussi.

 

Rêver de supprimer l’énigme, pourquoi pas ? À chacun son délire. À ce rêve de supprimer Freud et Marx, il y aura bien sûr un réveil, le réel toujours fait retour. Rappelons qu’au moment où les antidépresseurs ont été lancés sur le marché, dans les années 1950, la dépression devait être éradiquée. Au moment de la découverte des neuroleptiques, dans les années 1950 également, la maladie mentale devait disparaître. On sait où nous en sommes aujourd’hui. La tentative, la tentation devrais-je dire, de réduire l’humain à un fonctionnement se heurte au réel ; l’être humain est plutôt un dysfonctionnement et comptons sur lui pour faire dysfonctionner le système.

 

Si le rêve de S. Dehaene et de J.-M. Blanquer, réduire l’humain à une somme d’algorithmes, a peu de chance de se réaliser un jour, la volonté manifeste de vouloir que tout le monde ait le même délire commence à se voir et le réveil risque d’être terrible.

 

Comme le rappelle Anaëlle Lebovits-Quenehen dans sa chronique parue dans Lacan Quotidien et dans Libération du 15 avril 2019 : « Emmanuel Macron se souviendra-t-il enfin qu’un très grand nombre de ses électeurs l’a porté au pouvoir pour que la haine promise par l’extrême droite ne nous gouverne pas ? Aidera-t-il Jean Michel Blanquer à retrouver ses esprits, afin qu’ils portent secours à son cerveau ? » Ne nous y trompons pas, ce nouveau discours du maître se veut un totalitarisme de l’humain, supprimer Freud des programmes et sortir l’inconscient des modules d’enseignement constituent la première pierre qui vise toujours davantage à la réduction de l’humain à l’algorithme, porte ouverte à toutes les dérives. Face à cela, comme toujours, la psychanalyse, plus vivante que jamais, fait sa place au ratage, au dysfonctionnement qui fait le plus singulier de chacun. Bref, elle pousse la dignité de l’énigme à l’incandescence.

 


1 : « L’orientation lacanienne. Choses de finesse en psychanalyse » (2008-2009). Enseignement prononcé dans le cadre du département de psychanalyse de Paris VIII, leçon du 21 janvier 2009. Une première version de ce texte établie par J. Peraldi et Y. Vanderveken est parue dans la Cause freudienne, Paris, Navarin, 2010, n°74, p. 115. Non relu par l’auteur. 2 : Ropert Pierre, Cinq idées que défend Stanislas Dehaene, l’éminence grise de Jean-Michel Blanquer, France culture, 12 janvier 2018, à retrouver ici. 3 : Dehaene Stanislas, « Le bébé statisticien », Cours au collège de France, 2012-2013, disponible en ligne, ici. 4 : Trécourt Fabien, « La justice à l’heure des algorithmes et du big data », lejournal.cnrs.fr, 28.04.2017, à retrouver ici. 5 : Ibid. 6 : Jon Kleinberg et al., « Human Decisions and Machine Predictions », NBER Working Paper, n° 23180, février 2017, à retrouver ici. 7 : Trécourt Fabien, « La justice à l’heure des algorithmes et du big data », lejournal.cnrs.fr, 28.04.2017. 8 : Lacan Jacques, Journal d’Ornicar ?, n°17-18, 1979, p. 278.