Dakota Jenkins

Lorem ipsum dolor sit amet enim. Etiam ullamcorper. Suspendisse a pellentesque dui, non felis. Maecenas malesuada elit.

 

Le psychanalyste s’intéresse fondamentalement et primordialement à la parole de celui qu’il écoute. La parole est au centre du dispositif analytique. Comme l’enseigne Jacques Lacan dans son « Retour à Freud », le langage recèle une parole singulière à chaque être parlant. Ce qui prime dans cette dernière, c'est qu'elle engendre des significations qui ont une certaine valeur pour celui qui parle. Le propre de l’expérience analytique est de prendre la mesure de la portée de cette parole.

 

"Parole pleine" la nomme Jacques Lacan : celle qui livre du sens et une valeur symbolique. Autrement dit, quand elle surgit, elle apporte une vérité. Il ne s’agit pas de la vérité comme celle qui se démontre par une parole juste, ou encore, comme celle qui s’ajuste à une norme. Dans cette fameuse parole, il est question d’une vérité qui donne accès, qui apporte du nouveau et qui produit un effet sur celui qui parle. Effectivement, la "parole pleine" fait émerger des effets de signification qui ne sont pas vérité pour tous mais vérité pour soi. Cette parole se détache, ou plutôt, franchit le langage commun afin de trouver son propre dire. Elle émerge rarement dans le bla-bla du quotidien, ou alors, elle pointe son nez mais ne se fait pas entendre.

 

Le dispositif analytique permet à cette parole singuliére de trouver une place, une écoute et du sens.

 

E.Gutierrez-Ruisanchez